Amicale des élèves et Etudiants de Touba Peycouck AEET

Un nombre inestimable de diplômés de nos universités est au chômage. Cette triste réalité est surtout due à une offre d’études quasiment en déphasage avec les profils recherchés par les sergents recruteurs pour le compte des entreprises. Les années passent et la situation devient de plus en plus insoutenable car les autorités en charge du secteur de l’enseignement supérieur n’ont pas pu apporter des solutions face a un système éducatif ou universitaire qui produit des chômeurs en masse.

Le contingent des diplômés inactifs ne cesse de grossir au grand dam des intéressés, de leurs familles et de la société toute entière. Dans cette grisaille, il y a une infime lueur qui se dégage : les concours. Ces derniers restent prisés par les étudiants mais la réussite en est une autre paire de manche. Cette situation est liée à un nombre important de candidats face à un quota limité en terme de places mises en jeu. Vu qu’il ne reste pour certains que la seule issue qui se présente, ils s’y essaient. Ce qui est a l’origine d’un nombre exorbitant de candidats qui rivalisent d’ardeur et de savoir pour figurer dans les listes définitives des admis.

Pour les concours, deux questions importantes doivent être prises en compte: Quels sont les concours qui offrent plus de chance d’être opérationnels après la formation ? Comment réussir à ces concours ?

Pour ce qui est de la première interrogation, elle concerne le niveau d’importance des concours. Certains concours offrent plus d’avantages que d’autres. Ces avantages touchent aux conditions d’études avec des bourses garanties, une fois que le candidat est admis. Dans l’ordre d’importance, le concours Ena ( Ecole Nationale d’Administration) occupe le haut du pavé. L’admis obtient une bourse mensuelle de plus de cent mille francs CFA par mois, il est dans des conditions optimales et allie la théorie à la pratique avec en prime d’autres faveurs. Comble du bonheur, l’énarque (celui qui est a l’ena) qui sort avec brio de cette si prestigieuse école intègre sans difficulté la fonction publique et occupe une place au soleil tellement il est bien loti. Ce qui fait que les futurs candidats sont a l’affût de toutes informations relatives à ce concours, composé d’un niveau baccalauréat et d’un autre pour la maîtrise.

Ce n’est pas seulement l’Ena qui est dans cette position de force, d’autres concours font rêver. Nous pouvons citer: Douanes, Esea, Police, Chiffreur, ESP, et tant d’autres car la liste est longue. Même le concours Crem (Concours de recrutement des élèves-maîtres) qui a un degré moindre offre un peu d’avantages bien qu’il ne soit pas comparable à ceux cités plus haut.

Enfin, s’il y a des concours avantageux d’autres renferment des inconvénients. Cela dit, il y a des concours où l’admis, une fois sa formation accomplie, peine à trouver un emploi. Nous pouvons citer l’Entss, l’Endss ( pour certaines filières), etc.

Une fois que l’étudiant est informé de la valeur de ces concours, il lui reste l’étape cruciale: réussir aux concours. D’où la deuxième interrogation qui reste essentielle. Cette réussite demande beaucoup d’efforts. Il faut une préparation soutenue et rigoureuse. Cette préparation peut se faire d’une part de façon individuelle et d’autre part par le biais de structure qui dispense des cours de préparation. Il y a le Groupe PRÉCISION, spécialisé entre autres dans ce domaine et qui met les candidats dans les dispositions pour réussir avec des professeurs rompus à la tâche. Cette formation est payante car le candidats est mis dans les meilleures conditions de réussite.
Aujourd’hui, les concours sont devenus la voie la pus rapide pour s’insérer dans le monde du travail. Pour cela, il faut savoir la valeur des concours car cela diffère d’un type à l’autre et aussi la meilleure stratégie à mettre en place pour réussir. Ce sont les deux questions importantes qu’il faut connaitre au-delà des questions liées aux critères de concours (limite d’age, le type de bac, etc).

Ce grand rush ou cette ruée infernale fait des malheureux et des heureux. Pour faire partie des heureux admis, il faut s’armer de volonté, de courage, de savoir et surtout de stratégie payante en choisissant des structures qui vous préparent et vous outillent pour mieux aborder les concours.

RÉAGIR À CET ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here