Baisse du nombre d'étudiants étrangers dans les universités américaines

Le nombre d’étudiants étrangers inscrits dans les universités américaines a baissé à la rentrée 2017, la première depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

Selon une étude relayée ce lundi 13 novembre par le New York Times, le nombre de nouveaux étudiants étrangers a diminué de 7% par rapport à 2016, avec 45% des campus touchés par le phénomène. Un manque à gagner considérable pour le pays, les élèves internationaux injectant chaque année 39 milliards de dollars dans l’économie américaine.

Les universités du Midwest sont particulièrement concernées par cette désaffection. Seuls 3.560 étudiants étrangers se sont inscrits cette année à University of Iowa, contre 4.100 en 2015, soit plus de cinq cents élèves perdus en deux ans. La baisse est plus drastique encore pour University of Central Missouri, qui passe de 2.630 étudiants étrangers en 2016 à 944 cette année.

Dans ce dernier établissement, la diminution d’effectifs est très marquée chez les étudiants indiens. Et pour le personnel de l’université, le décret migratoire pris par Donald Trump y est pour beaucoup. En effet, même si l’Inde ne fait pas partie des pays «bannis», de nombreux Indiens musulmans ne se sentent plus les bienvenus aux États-Unis.

Le rapport précise toutefois que l’arrivée de Donald Trump n’est pas le seul facteur du désamour des étudiants internationaux pour les universités américaines. Le phénomène était d’ailleurs déjà observable en 2016, bien que de manière moins drastique (baisse des inscriptions de 3% par rapport à 2015).

Parmi les autres causes évoquées, la concurrence accrue des universités canadiennes, britanniques et australiennes, mais aussi la fin de la politique de bourses pour les jeunes qui font leurs études à l’étranger dans certains pays, comme le Brésil et l’Arabie saoudite.

1 COMMENTAIRE

RÉAGIR À CET ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here