Antoine Tempé portraits d'étudiants de Dakar

Né en 1960 à Paris, le photographe franco-américain Antoine Tempé vit et travaille au Sénégal depuis 2011. Remarqué pour ses portraits, passionné par la danse et le mouvement, il montre la scène culturelle africaine dans toute sa modernité. ­Son travail a été exposé cette année à la Biennale de Dakar et aux ­Rencontres d’Arles

> http://www.antoinetempe.com

Avec l’assistance de Salma Niasse, il a réalisé une série de portraits d’étudiants de Dakar pour le supplément du « Monde Afrique » (dans Le Monde daté du 25 octobre 2016)  publié à l’occasion de la conférence organisée à Dakar les 27 et 28 octobre. Extraits…

JPEG - 135.5 ko
De gauche à droite : Maïmouna Kamby, 24 ans, 3e année de droit privé des affaires, Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD) ; Mame Mor Leye Gueye, 23 ans, 4e année de génie électromécanique, École polytechnique de Thiès (EPT) ; SalimataFall, 20 ans, 3e année de comptabilité gestion, École supérieure polytechnique (ESP).
JPEG - 92.5 ko
Fatima Fall, 19 ans, 2e année d’informatique, ESMT. « Les femmes ont aussi leur partition à jouer dans le progrès technologique. »
JPEG - 101.9 ko
El Hadji Abdoulaye Thiam, 28 ans, 3e année de doctorat en analyse géométrique, AIMS. « Si la logique est l’hygiène du mathématicien, ce n’est pas elle qui lui fournit sa nourriture. Le pain quotidien dont il vit, ce sont les grands problèmes. »
JPEG - 111.9 ko
Serigne Modou Babou, 24 ans, 5e année de médecine, Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD). « Rester zen et vivre pour les autres. »
JPEG - 69.7 ko
Wilhelmina Adoma Pels, 24 ans, master 2 de statistique, AIMS. « Les mathématiques, ce sont des faits, mais aussi la vie et le futur. »