Les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) sont en vogue et occupent de plus en plus une place centrale dans les politiques socio-économiques de nos sociétés. Dans le domaine de la santé, de l’économie, de l’agriculture entre autres, les TIC ont fini par intéressé tous les secteurs d’activités. En ce sens plusieurs initiatives visant à implanter un environnement TIC sont mises en œuvre par les acteurs publics et privés afin d’inciter notamment les jeunes entrepreneurs à s’investir davantage dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les Journées Entreprenariat TIC (JETIC) organisé par CTIC Dakar, un incubateur d’accélérateur de croissance TIC. Le Journal Universitaire vous propose cet entretien avec Carine Vavasseur chargée de la communication évènementiel à CTIC Dakar qui revient sur cet évènement du numérique tenu à l’hôtel de ville de Dakar.

 

La deuxième édition des JETIC (Journée Entreprenariat TIC) a vu la participation de l’ensemble des acteurs du secteur des TIC notamment ceux du public, du privé, les entreprises  mais aussi la présence de certaines organismes étrangères. Les jeunes entrepreneurs désirant s’investir dans le secteur du numérique ont également répondu à l’appel  à travers le concours d’entreprenariat appelé Tekki 48h. Chargée de la communication évènementiel à CTIC Dakar, Carine Vavasseur apporte quelques éclaircissements sur cet évènement qui pendant deux jours a réuni la crème du numérique.

Qu’est-ce que les JETIC ?

Les Journées de l’Entreprenariat dans les TIC (JETIC) organisées par  CTIC Dakar sont des panels, des discussions et des activités qui pendant 48h réunissent l’ensemble des écosystèmes du secteur du numérique. Ceux sont également des espaces qui permettent de présenter des solutions innovantes dans le secteur des TIC. En ce sens, Carine explique « Ces journées permettent également de donner de la visibilité à toutes les actions qui sont menées pour faire en sorte que ce secteur d’activités puisse être de plus en plus porteur et que les actions qui sont menées au niveau local puisse impacter au niveau un peu plus global ».

Abondant toujours dans cette optique, la chargée de la communication avance « L’idée de ces JETIC c’est de pouvoir mettre en avant les entreprises au nombre de douze que nous accompagnons au sein de CTIC Dakar en leur donnant la possibilité d’être visible à travers des stands d’expositions, des panels».

Ces journées TIC constituent un point de rencontre entre les institutions d’État, les grands groupes de la place et les PME TIC. En ce sens, Carine estime « Nous voulons que les institutions d’États, les grands groupes puissent se rendre compte qu’il y’a des opportunités à saisir avec les Plus Petites Entreprises (PPE) et les Petites et Moyennes Entreprises (PME) TIC. Nous demandons aussi aux PPE et PME de venir sur ces journées de l’entreprenariat TIC présenter leur projet numérique à ces grandes entreprises et voir comment elles peuvent collaborer dans le cadre de l’Open Innovation.

En tant qu’incubateur, qu’est-ce-que vous mettez en place pour accompagner les jeunes dans la création d’entreprise?

Dans une société de plus en plus caractérisée par un taux de chômage considérable, il s’avère urgent et nécessaire de former les jeunes dans la création d’entreprise notamment dans le secteur du numérique. En tant qu’incubateur dans le domaine des TIC, CTIC Dakar accompagne les PME TIC et les startups TIC à fort potentiel en mettant à leur disposition des ressources physiques en l’occurrence des locaux à des prix avantageux. Une équipe d’accompagnement est également mise à la disposition des jeunes entrepreneurs. En ce sens, Carine déclare « Nous avons une équipe dédiée aux entrepreneurs c’est-à-dire des personnes qui sont là pour répondre au moindre besoin des entrepreneurs, les aider à mettre en place leur stratégie de communication, de marketing, de développement de façon plus général. Nous allons également sur le terrain avec les entreprises en les aidant à démarcher, à avoir des partenariats stratégiques en passant notamment par nos propres partenaires pour les aider à gagner en visibilité ». L’organisation d’évènement comme les JETIC permettent  aux entreprises qui s’activent dans le secteur des TIC de gagner en visibilité.

CTIC Dakar disposant d’une grosse valeur ajoutée en termes de ressources humaines et de réseaux accompagne aussi les entreprises sur un plan financier. En ce sens, la chargée de communication affirme « Une entreprise qui arrive chez nous peut être accompagné sur le plan financier de bout en bout. Nous lui facilitions aussi la gestion de sa comptabilité et de sa finance ».

Est-ce-que l’entreprenariat dans le domaine des TIC peut constituer une solution au problème de l’emploi des jeunes ?

Souvent nous confondons entreprenariat et auto-emploi. Dans cette optique, Carine nous éclaircit « L’auto-emploi c’est quand on décide de créer une petite entreprise, un petit business pour pouvoir vivre parfois même pour pouvoir survivre. Donc c’est une activité vivrière. Quand on parle d’entreprenariat proprement parlé je vois beaucoup plus large. Pour moi c’est des gens qui veulent créer de la valeur, créé de l’emploi, des gens qui permettent à leur entreprise de croitre ». L’entreprenariat dans le secteur des TIC tout comme dans les autres secteurs d’activités peut être une solution, un moyen en partie au problème de l’employabilité des jeunes. Selon Carine, les entreprises accompagnées par le CTIC Dakar ont réussis à créer prés de « 200 emplois qualifiés en 5 ans ».

En tant qu’incubateur, comment évolue la création d’entreprise, de startup au Sénégal ?

D’après les politiques publiques, la création d’entreprise devient de plus en plus une réponse à la problématique de l’emploi des jeunes. CTIC Dakar rencontre énormément de jeunes porteurs de projets. Et selon, Carine CTIC Dakar ne se positionne pas dans la création d’entreprise mais accompagne plutôt des gens qui ont déjà créé leur entreprise ou qui ont commencé à dérouler des activités même étant au stade porteurs de projets. C’est ainsi qu’elle affirme « Nous accompagnons des gens qui ne sont pas juste là avec une idée mais avec un prototype que l’on peut amener sur le marché au départ. En ce qui concerne la création d’entreprise il y’a des institutions qui sont spécialisées là-dedans ». Abondant toujours dans cette optique, Carine révèle  « Nous orientons les porteurs de projets vers les institutions en les mettant en contact avec les bonnes personnes qui peuvent les aider à mettre en place leur structure. De façon plus générale, on constate qu’on est dans un dispositif qui ne favorise pas l’émergence des petites entreprises quand elles arrivent parce que tout simplement elles ne sont pas accompagnées notamment sur l’imposition ».

Au Sénégal, il reste beaucoup à faire pour faciliter la création d’entreprise dans tous les secteurs d’activités notamment celui des TIC. En ce sens, les JETIC constituent des cadres d’échange, de rencontre et de partenariats entre les entreprises, les institutions publiques et privées et les jeunes porteurs de projets en vue de dynamiser et de valoriser l’entreprenariat dans le secteur des TIC.